La Marianne et l’Europe – Des débuts difficiles

Vous êtes ici

Replay de la conférence de Jean-Jacques Rabineau, philatéliste et ancien président du Cercle des Amis de Marianne. Partant d’une anomalie observée sur le timbre Marianne de 2008, Jean-Jacques Rabineau a conduit une enquête approfondie dont il révèle ici les conclusions. Une véritable initiation aux arcanes de l’expertise philatélique !

À chaque nouveau président, sa Marianne. Incarnation de la République, elle apparaît sur les timbres d’usage courant durant toute la durée de son mandat. Sa sélection s’effectue par concours, avec le choix, au final, de la figure qui symbolise le mieux la vision présidentielle de la République : solennelle ou combattante, cuirassée ou dénudée, cheveux maintenus ou libres, coiffée du bonnet phrygien ou couronnée de lauriers…, son iconographie a un sens politique. Une section de l’exposition À la pointe de l’Art est consacrée aux Marianne, celles qui ont été retenues, et celles qui ne l’ont pas été.

 

Jean-Jacques Rabineau, philatéliste et ancien président du Cercle des Amis de Marianne, s’est intéressé de près à l’une d’elles : la Marianne et l’Europe, une Marianne dessinée et gravée en 2008 par Yves Beaujard. Partant d’une anomalie constatée sur l’un de ces timbres, il a mené une étude philatélique approfondie qui révèle que cette Marianne a été l’objet de multiples variations dues à des problèmes d’impression.

 

Après une brève introduction sur les Marianne en général, laissez-vous entraîner dans les arcanes de l’expertise philatélique !